Une rébellion au sein de l’armée Russe : quel en serait l’impact ?

Une rébellion au sein de l’armée Russe : quel en serait l’impact ?

L’armée dépêchée par le chef Evguéni Prigojine pour faire la guerre à l’establishment militaire russe, a finalement fait demi-tour samedi 24 juin 2023 pour éviter des affrontements sanglants avec les forces de sécurité. Si le président Vladimir Poutine a réussi à éviter le pire, l’épisode a révélé des divisions au sein de l’armée russe et a ébranlé la position du président alors qu’il était contraint d’admettre la gravité de la menace intérieure.

Loukachenko en négociateur sauve la face

Après une journée d’intenses spéculations sur la marche de l’armée de Wagner vers la capitale, Evguéni Prigojine lui-même a annoncé tôt dans la soirée qu’il avait ordonné à ses troupes de retourner à la base. 

A lire également : Quels sont les avantages des études de management ?

Le dirigeant biélorusse et allié de Poutine, Alexandre Loukachenko, a fait une volte-face spectaculaire, selon des personnes proches du dossier. 

Selon une chaîne télégraphique non officielle de la présidence biélorusse, ce dernier a affirmé avoir négocié :

A découvrir également : Quel contreplaqué pour fourgon ?

  • un arrêt du mouvement de l’armée wagnérienne
  • un apaisement des tensions

La version, aussi approuvée par le Kremlin, affirmait que le président russe avait remercié son allié. Vous pouvez obtenir les nouvelles de ce genre ici.

La devise de Poutine ne jamais s’adresser à ses opposants

Vladimir Poutine ne communique jamais avec ses adversaires, cela leur donnerait trop d’importance. De même aucune négociation, ce qui signifie faire preuve de faiblesse, a déclaré Paul Gogo, journaliste français à Moscou. Il souligne l’importance de s’appuyer sur un médiateur, à moins ostensiblement pour Moscou.

Néanmoins, les concessions à la direction et aux subordonnés de Wagner ont en fait été approuvées par l’État russe.

Le matin même, après que le président Vladimir Poutine a déclaré sans ambages que les auteurs de la révolte seraient sévèrement punis. La Russie a finalement fait l’annonce qu’elle abandonnerait les poursuites contre l’armée de Wagner et ses dirigeants.

En effet, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a dit à la presse que les poursuites pénales contre lui sont abandonnées. Lui-même se rendra en Biélorussie,  

Le pire a été évité

Le président Vladimir Poutine a forcé des concessions aux dirigeants du Kremlin en négociant avec Yevgeny Prigoin. Cependant, il a réussi à éviter le pire du risque de guerre civile auquel il a fait référence dans son discours de samedi matin.

Cette réponse rapide permettra au président russe de maintenir son statut de sauveur de l’État auprès de son peuple, selon Elena Volochine, ex-correspondante de France 24 à Moscou  

Il a lancé une opération anti-terroriste qui non seulement s’est bien déroulée, mais s’est terminée sans effusion de sang, a-t-elle déclaré. À première vue, il ne fait aucun doute que le gouvernement de Vladimir Poutine s’affaiblit. 

La propagande russe a propagé au fil des années la menace des traîtres, que se soient la société civile ou les rebelles. Cela s’est finalement réalisé samedi, mais c’est l’un de ses plus proches subordonnés qui l’a concrétisé.